bientôt un millier de jardins

A Rennes, bientôt, un millier de jardins familiaux

Rennes - 11 Juin 2013

Millier

  • De gauche à droite : un jardinier amateur, Gunes Bunyamin, Daniel Delaveau et Michel Le Gac.

Dans moins d'un an, Rennes comptera un millier de jardins familiaux. Le maire l'a déclaré, hier soir, au Pâtis Tatelin, près des Gayeulles.

Hier soir, malgré un ciel de plomb, les 77 parcelles des jardins familiaux du Pâtis Tatin ont reçu la visite de Daniel Delaveau. En venant sur ces nouveaux jardins, le maire de Rennes suivait la trace de son prédécesseur à l'Hôtel de Ville. Il n'a pas manqué de le dire et de rappeler, à l'occasion, la mémoire des pionniers du mouvement des jardins familiaux.

Daniel Delaveau a noté qu'un tel investissement représente un coût. Il atteint 400 000 €. Une somme qui n'a rien de neutre mais qui représente une certaine idée que se font certains d'un art de vivre où se mêlent activité physique, lien social et - pourquoi pas ? - expériences botaniques !

260 demandes en attente

Ces 77 parcelles (de 100, 150 ou 200 m2) ne sont pas encore toutes bêchées mais elles sont attribuées. Et il n'y a pas eu besoin de chercher des candidats à la location. « Nous avons 260 demandes en attente de satisfaction, mais avec les créations à venir, nous avons bon espoir », a indiqué Michel Le Gac, le président général des jardins familiaux de la ville.

Un espoir qui ressemble à des projets qui vont aboutir dans les mois qui viennent, comme l'a souligné Daniel Delaveau. Le maire a cité Patton et la création d'une cinquantaine de parcelles, La Prévalaye, au Nord de la Coulée verte verra l'éclosion de plus soixante-dix jardins et La Lande du Breil connaîtra une extension de 30 parcelles. « Rennes aura ainsi neuf sites et un millier de jardins familiaux. Aujourd'hui, Rennes en compte 859 avec les 77 qui ont ouvert il y a un mois et demi ».

Daniel Delaveau en a profité pour saluer le travail du service des jardins qui a été l'artisan originel des jardins de la ville et glisser quelques chiffres qui traduisent bien une volonté politique : « 830 ha d'espaces verts dans la ville, 21 parcs, 127 000 arbres et près d'un million de bulbes qui sortent de terre tous les ans ! »

Le service des jardins a été le laboureur sur un chantier qui s'est étendu, de l'été dernier au mois d'avril cette année, sur une surface de l'ordre de 5 à 6 ha. « Il a fallu, en effet, beaucoup travailler ce terrain qui recevait, jusque-là, des cultures de maïs, notamment. Donc les jardiniers de la Ville ont fait de l'amendement et ont ajouté du compost dans les parcelles pour que les locataires puissent l'intégrer à la terre et l'améliorer » observait, hier soir, le directeur du service des jardins, Cyrille Lomet.

Édouard MARET.