Ils poussent, ils poussent, les jardins familiaux

 

Mardi 22 mai 2012 00:00

 

Poussent

 

Dès le départ, c'était dit ! La Ville atteindrait les 1 000 jardins familiaux en 2014. Le pari sera relevé puisque 257 nouveaux jardins verront le jour avant la fin 2013.

257 nouveaux jardins

1 000. Un nombre symbolique. C'est l'objectif que s'était fixé le maire Daniel Delaveau, lors de sa campagne municipale, en 2008, sur le dossier des jardins familiaux. Un vrai engagement. Le cap est en passe d'être atteint ! Dès la fin 2013, 257 nouvelles parcelles auront germé. À ajouter aux 780 jardins déjà existants. « Plus de 250 jardins, c'est beaucoup, commente Jean-Luc Daubaire, adjoint à l'énergie et à l'écologie urbaine. C'est une volonté de la Ville. Il y a eu des promesses. On les tiendra. » Détaillons ces nouvelles implantations (voir infographie). D'abord, 77 parcelles près du parc des Gayeulles (en cours de création). Puis, 150 réparties entre les trois nouveaux sites de Villejean-Le Breil, Patton et la Prévalaye, et les 30 dernières à la Poterie (extension) et aux Basses-Ourmes (derrière le terminus du métro). Pour ces créations et ces extensions, « nous tiendrons compte de la saison des plantations ». Au total, fin 2013, Rennes « la verte » comptera 1 037 jardins familiaux.

Jardiner, entre besoin et plaisir

« En période de crise, les gens aiment produire directement leurs légumes, justifie Jean-Luc Daubaire. Et il y a aussi le côté détente. » Deux usages qui font monter les demandes ! Aujourd'hui, si un Rennais veut semer des petites graines dans un jardin familial, il faut attendre entre six et neuf mois ! Plaisir de cultiver signifie donc patience aussi. « Il y a une demande, ne cache pas l'adjoint. Il faut aussi reloger les différents loueurs des Prairies Saint-Martin. » Ce site emblématique, avec celui de la plaine de Baud, est appelé à disparaître(lire ci-dessous). Les premiers jardins familiaux rennais sont sortis de terre en 1980. En 2012, avoir son cabanon et sa parcelle font toujours rêver.

Des terrains plus petits

« L'objectif n'est pas de créer des structures ingérables, difficiles à contrôler en termes d'usages », indique l'élu écolo. Les nouveaux terrains seront plus petits, de 50 à 100 m2. Loin des 600 à 800 m2 que l'on a pu connaître. Ces nouvelles zones de culture ne dépasseront pas « les 50-70 jardins. Elles doivent rester à la portée de tous ». Limiter les grands ensembles « verts » et agrandir les surfaces où c'est encore possible, c'est la stratégie de la Ville, qui disposera de 15 sites à terme. Pour un bon respect des « règles du jeu », l'Association des jardins familiaux de Rennes, qui en assure la gestion, est liée par une convention à la Ville.

Développer les jardins partagés

Avec un peu d'engrais, l'idée devrait rapidement pousser. Les jardins partagés sont dans l'air du temps ! « Ils s'étaleraient sur des petites zones et seraient gérés par un petit groupe de personnes. Les gens pourraient travailler en coopérative », imagine Jean-Luc Daubaire. Et où seraient implantés ces jardins d'un nouveau genre ? « Les bandes vertes entre deux avenues, les espaces de pelouse inutilisés au pied des immeubles... », suggère-t-il. En bref, des petits jardins urbains entretenus à plusieurs. Les Rennais aiment jardiner...

 

Soizic QUÉROet Alexandra BOURCIER.   Ouest-France